Résistance antimicrobienne

Les surfaces de contact en cuivre antibactérien sont une nouvelle arme dans la lutte contre les infections nosocomiales et la propagation de la résistance antimicrobienne.

Deaths attributable to antimicrobial resistance

La résistance aux antimicrobiens (RAM) menace la prévention et l’efficacité des traitements contre des infections dont la variété croit constamment et qui sont causées par des bactéries, des parasites, des virus et des champignons. Parmi ceux-ci, les bactéries résistantes aux antibiotiques ont les implications les plus graves pour la santé.

La résistance survient lorsque les bactéries à l’origine des infections survivent à leur exposition aux antibiotiques qui devraient normalement les tuer. C’est un phénomène biologique naturel au sein des bactéries qui évoluent constamment pour survivre, mais le processus est accéléré par divers facteurs tels que la mauvaise utilisation des antibiotiques, les techniques de contrôle trop peu utlisées, le commerce mondial et les voyages.

Bon nombre des progrès de la médecine développés au cours des dernières années (y compris la transplantation d'organes et de la chimiothérapie du cancer) ont besoin d'antibiotiques pour prévenir et traiter les infections bactériennes qui peuvent survenir au cours des traitements. Sans antibiotiques efficaces, même la chirurgie de base et les opérations banales pourraient devenir des procédures à haut risque.

Comme la vitesse à laquelle les bactéries développent une résistance aux antibiotiques existants augmente, la gamme d’antibiotiques efficace s’appauvrit, avec peu de nouveaux médicaments en cours de développement, menaçant de nous replonger dans les âges sombres de l'ère pré-antibiotique.

Impacts de la RAM sur la santé et l’économie

Selon une étude conjointe du gouvernement britannique avec Wellcome Trust sur l'impact potentiel de la RAM1, 10 millions de personnes par an seraient susceptible mourir à travers le monde d'ici à 2050 (Plus que le nombre de personnes décédées du cancer chaque année) si aucune mesure radicale est prise en ce qui concerne la résistance aux antimicrobiens.

Les coûts économiques associés ont été estimés à 100 milliards de $ en raison d'une réduction des prévisions des PIB comprise entre 2 et 3,5 %. La RAM ne représente donc pas seulement un problème de santé, c’est aussi une question économique. L'étude conclut que le coût de l’inaction (tant en termes de vies perdues que d'argent gaspillé) est trop grand et que la planète a besoin de s’entendre sur une approche commune.

Plan d'action mondial de l'OMS sur la résistance aux antimicrobiens

Lors de la 68e Assemblée Mondiale de la Santé en mai 2015, un plan d'action global2 a été approuvé pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens, y compris la résistance aux antibiotiques, l’aspect le plus urgent du problème.

Il y est écrit : «L'objectif du projet du plan d'action global est d'assurer, aussi longtemps que possible, la continuité de la réussite des traitements et de la prévention des maladies infectieuses avec des médicaments sûrs et efficaces, d’une qualité garantie, utilisés de façon responsable et accessibles à tous ceux qui en ont besoin.»

Le plan d'action global définit cinq objectifs stratégiques :

  1. Améliorer la sensibilisation et la compréhension de la résistance aux antimicrobiens.
  2. Renforcer les connaissances grâce à la surveillance et la recherche.
  3. Réduire l'incidence des infections.
  4. Optimiser l'utilisation des agents antimicrobiens.
  5. Développer des études économiques pour envisager des investissements durables qui tiennent compte des besoins de tous les pays et accroître les investissements dans de nouveaux médicaments, les outils de diagnostic, les vaccins et toutes les autres solutions envisageables.

Prévention et contrôle des infections

Dans toutes les parties du monde, les hôpitaux et les autres établissements de soins, tels que les centres de rééducation ou les résidences pour personnes âgées, représentent des zones à haut risque pour le développement et la propagation des infections bactériennes, y compris les souches résistantes aux médicaments. Les solutions qui permettent de réduire les possibilités pour les infections de se propager dans les établissements de santé et de soins ont donc un potentiel important. Non seulement pour réduire le fardeau de la mortalité et de la morbidité associées, mais aussi pour limiter les possibilités d’émergence des souches résistantes aux médicaments.

Un pourcentage élevé d'infections nosocomiales sont causées par des bactéries hautement résistantes telles que Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM) ou des bactéries à Gram négatif multi-résistantes telles que Pseudomonas aeruginosa et Klebsiella pneumoniae.

Les infections résistantes aux antimicrobiens sont actuellement responsables d’au moins 50 000 morts chaque année en Europe et aux États-Unis. Plusieurs centaines de milliers d'autres meurent dans d'autres régions du monde.

Les patients atteints d'infections causées par des bactéries résistantes aux médicaments sont généralement sujet à un risque accru de complications et de décès et consomment plus de ressources en termes de soins de santé que les patients infectés par les mêmes bactéries ne présentant pas de résistance.

La prévention et le contrôle des infections est une priorité pour éviter que les infrastructures de santé deviennent des amplificateurs d'infections résistantes aux antimicrobiens.

HCAIs are a concern in all countries
Sources : OMS, fiche 2014 sur les infections nosocomiales. OMS, Le fardeau sanitaire généré par les soins des infections dans le monde : résumé 2010. CDC, rapport ‘signes vitaux’, 2016.

Le rôle des surfaces de contact dans la transmission des infections et la propagation de la résistance aux antimicrobiens

Jusqu'à récemment, l'environnement a été principalement considéré par les professionnels de la santé comme une composante mineure de la prévention et du contrôle des infections, mais des études récemment publiées ont montré l'efficacité d’un nettoyage régulier, ainsi que le nettoyage en profondeur des chambres libérées de leur patient, pour réduire la charge microbienne dans les établissements de soins avec une observation concomitante de taux d'infection réduits.

L'environnement sert en effet non seulement de vecteur d'infection pouvant être transférée par contact, mais aussi de réservoir d'espèces bactériennes, entre lesquelles le matériel génétique peut être transmis, y compris les gènes de résistance aux antibiotiques. Le processus par lequel s’opère ce mécanisme spécifique est appelé ‘transfert horizontal des gènes’.

Imaginez le scénario d'un aéroport où un voyageur infecté, en raison d’une mauvaise hygiène des mains, peut transiter, toucher différentes surfaces et y déposer des bactéries résistantes. Puis, quelqu'un habitant une autre partie du monde peut apporter ses propres bactéries sur la même surface. Les gènes de résistance peuvent alors être transférés sur cette surface pour créer une nouvelle espèce résistante.

Tout comme dans le cadre des soins de santé, le nettoyage de ces surfaces de contact toutes les heures est inimaginable. C'est pourquoi une approche différente est nécessaire pour être en mesure d’entretenir en permanence les nettoyages réguliers et l'hygiène des mains. En utilisant un matériau antimicrobien efficace et durable pour les surfaces de contact, la chaîne de l'infection peut être rompue.

Le rôle d’Antimicrobial Copper dans la réduction de la transmission des infections et la propagation de la résistance aux antimicrobiens

Le cuivre est un puissant antimicrobien qui agit rapidement. Il dispose d’une efficacité à large spectre contre les bactéries, les virus et les champignons. Il partage cette propriété avec une large gamme d'alliages de cuivre, tels que le laiton ou le bronze, formant une famille de matériaux collectivement appelés «cuivre antibactérien». Au cours d'expérimentations réalisées en hôpitaux, les surfaces de contact en cuivre antibactérien ont démontré qu’elles étaient 80 % moins contaminées que des surfaces standarts3.

Lors d’essais en laboratoire effectués dans des conditions reproduisant leur utilisation en conditions réelles, les alliages de cuivre se sont avérés être efficaces contre de nombreux agents pathogènes, y compris ceux présentant une résistance aux antibiotiques :

  • Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM)4,5
  • Tubercule bacillus multi-résistant6
  • Acinetobacter baumannii multi-résistant6
  • Entérocoque résistant à la vancomycine (ERV)7
  • Entérobactéries productrices de carbapénémases8
  • Klebsiella pneumoniae productrice de BLSE9
  • Escherichia coli productrice de BLSE9

Cette efficacité se reproduit dans l'environnement clinique, comme il a été démontré dans un essai multicentrique dans des unités de soins intensifs aux États-Unis10 : six surfaces de contact proches du patient ont été équipées de cuivre et un échantillonnage hebdomadaire a été entrepris sur une période de 23 mois. Les surfaces de cuivre étaient environ six fois moins susceptibles d'abriter des SARM ou des ERV que les surfaces de contrôle en matériaux standards (comme le plastique, le bois, le métal ou les surfaces peintes). Sur la base de la charge microbienne cumulée, mesurée pour chacune des surfaces échantillonnées sur la période d'intervention, les charges combinées SARM et ERV étaient 96,8% plus basses sur les surfaces en cuivre que sur les matériaux standards et étaient 98,8% plus basses sur les rails de lit, l'objet le plus lourdement chargé.

Dans cette étude américaine, la réduction de la charge microbienne a été associée à une réduction de 58% des infections nosocomiales11.

Le transfert horizontal des gènes dans les bactéries joue un rôle important dans l'évolution de la résistance aux antibiotiques, ce qui a conduit à un nombre croissant d'infections nosocomiales difficiles à traiter. Les recherches montrent que, tandis que ce transfert peut avoir lieu dans l'environnement (sur les surfaces fréquemment touchées telles que les poignées de porte, les chariots ou les tables mobiles), le cuivre empêche ce processus spécifique de se produire en tuant les bactéries rapidement par contact et en détruisant des plasmides et de l'acide nucléique génomique9.

Le déploiement stratégique des surfaces de contact en cuivre antibactérien peut, de manière significative et continue, réduire le nombre de microbes présents sur les surfaces de contact, réduire le risque de transmission des infections et empêcher le transfert de la résistance aux antibiotiques entre les espèces bactériennes, fournissant une arme supplémentaire dans la lutte contre les infections et la guerre contre la résistance aux antimicrobiens.

Le cuivre et les alliages de cuivre sont des matériaux techniques, résistants, colorés et recyclables. Ils sont disponibles dans une grande variété de formes et de produits, adaptés à des usages très divers. Le cuivre et ses alliages offrent pour les concepteurs une large gamme de matériaux pour la fabrication de produits fonctionnels, durables et rentables.

Le cuivre et certains de ses alliages possèdent des propriétés antimicrobiennes intrinsèques (sous la désignation de cuivre antimicrobien ou antibactérien, autrement dit Antimicrobial Copper en anglais). Les produits fabriqués à partir de ces matériaux spécifiques ont un avantage supplémentaire, participant à l'hygiène. Les produits en cuivre antimicrobien constituent une aide supplémentaire, et non un substitut, dans le cadre des pratiques usuelles visant le contrôle des infections. Il reste primordial que toutes les mesures d'hygiène courantes soient maintenues, y compris celles liées au nettoyage et à la désinfection des surfaces environnementales.

Références

1- Review on Antimicrobial Resistance. Antimicrobial Resistance: Tackling a Crisis for the Health and Wealth of Nations. 2014.
 
2- Global Action Plan on Antimicrobial Resistance. World Health Organization. 2015.
 
3- epic3: National Evidence-Based Guidelines for Preventing Healthcare-Associated Infections in NHS Hospitals in England.
 
4- Potential use of copper surfaces to reduce survival of epidemic methicillin-resistant Staphylococcus aureus in the healthcare environment. JO Noyce, H Michels and CW Keevil. Journal of Hospital Infection, Vol 63, Issue 3, pp 289-297, July 2006.
 
5- Lack of Involvement of Fenton Chemistry in Death of Methicillin-Resistant and Methicillin-Sensitive Strains of Staphylococcus aureus and Destruction of Their Genomes on Wet or Dry Copper Alloy Surfaces. SL Warnes and CW Keevil. Applied and Environmental Microbiology 2016, 10.1128/AEM.03861-15.
 
6- The antimicrobial activity of copper and copper alloys against nosocomial pathogens and Mycobacterium tuberculosis isolated from healthcare facilities in the Western Cape: an in-vitro study. S Mehtar, I Wiid, and SD Todorov. Journal of Hospital Infection, Vol. 68, Issue 1, pp 45-51, January 2008.
 
7- Biocidal Efficacy of Copper Alloys against Pathogenic Enterococci Involves Degradation of Genomic and Plasmid DNAs. SL Warnes, SM Green, H Michels, CW Keevil. Applied and Environmental Microbiology. 2010;76(16):5390-5401. doi:10.1128/AEM.03050-09.
 
8- Antimicrobial activity of copper surfaces against carbapenemase-producing contemporary Gram-negative clinical isolates. M Souli, I Galani, D Plachouras, T Panagea, G Petrikkos and H Giamarellou. Journal of Antimicrobial Chemotherapy, April 2013, 68(4), p. 852-7. doi: 10.1093/jac/dks473.
 
9- Horizontal Transfer of Antibiotic Resistance Genes on Abiotic Touch Surfaces: Implications for Public Health. SL Warnes, CJ Highmore and CW Keevil. mBio 2012, Vol. 3 No. 6 e00489-12.
 
10- Sustained Reduction of Microbial Burden on Common Hospital Surfaces through Introduction of Copper. MG Schmidt, HH Attaway, PA Sharpe, JF John, KA Sepkowitz, A Morgan, SE Fairey, S Singh, LL Steede, JR Cantey, KD Freeman, H Michels and CD Salgado. Journal of Clinical Microbiology 2012, Vol. 50 No. 7 2217-2223.
 

11- Copper Surfaces Reduce the Rate of Healthcare-Acquired Infections in the Intensive Care Unit. CD Salgado, KA Sepkowitz, JF John, JR Cantey, HH Attaway, KD Freeman, MG Schmidt. Infection Control and Hospital Epidemiology 2013, 34(5), 479–486.

En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Suivez ce lien pour plus d'informations.

Accept